Nous sommes en post-effondrement en France, des dizaines d’années après un effondrement global de la société de notre planète.

Pleins de villages et de structures ont été créées par des réfugiés pour survivre, il y a des années. Certains ont réussi à pas mal remonter la pente et essaient d’améliorer leurs conditions de vie avec l’aide de la technologie. L’électricité est de plus en plus réutilisée pour des utilisations même non-essentielles. Du coup, certaines personnes retournent dans les villes abandonnées pour chercher des ressources, voire y emménager.

Une médiathèque en gros désordre, dans laquelle plusieurs personnes cherchent des films, des musiques, des livres…

« Bonjour les jeunes, je suis l’ancienne responsable de cette médiathèque, vous cherchez quelque chose ? Vu votre âge, vous semblez être nés après la crise et ne devez pas connaître les médiathèques…

- Oui madame, on a récupéré un ordi complet avec mon frère et on a découverts les films. Notre père en avait gardé quelques-uns, mais on aimerait en voir d’autres. On nous a parlé en bien du film Mowgli, la légende de la jungle et on aimerais le voir, mais on ne le trouve pas pour l’instant…

- Ah… je suis désolée pour vous, mais… ce film n’est pas sorti en format DVD, vous ne le trouverez pas.

- Ah, mais comment les gens le regardaient ?

- En fait, il y avait un immense réseau informatique qui s’appelait Internet. Et dessus, on pouvait, notamment, accéder à des plateformes payantes qui proposaient de regarder des films, comme Netflix par exemple. Mais il fallait rester connecté tout le long, il n’y avait pas moyen de récupérer le film pour le visionner plus tard.

- Mais du coup, la plateforme n’existe plus ? Comment on peut trouver ce film ?

- Non, ni le réseau ni les plateformes ne fonctionnent. Certains passionnés en informatique ont commencé à essayer de restaurer une partie du réseau, mais c’est tout. Vous ne pouvez pas trouver le film, si ça se trouve, il a complètement disparu de la planète… »


Inspiré de ce pouet, de la série l’Effondrement des Parasites et de l’actualité de l’Internet privatisé et de notre société qui devient de plus en plus instable.